Compte rendu du Ve congrès de la SETE

Article rédigé par X. De La Tribonnière et J.F D'Ivernois

Compte rendu du Ve Congrès de la Société d’Éducation Thérapeutique Européenne (SETE)

Education thérapeutique : quelles frontières ? 

 

Le laboratoire Éducations et Pratiques de Santé de l’Université Paris XIII, Sorbonne Paris Cité a organisé, du 19 au 21 juin 2014 sur le campus de l’Université à Bobigny, le 5e Congrès International de la Société d’Education Thérapeutique Européenne. Ce congrès scientifique a accueilli 311 participants et 120 communications d’experts, mettant en valeur les recherches et les expériences multi professionnelles qui, par-delà les frontières et les barrières pouvant exister, aident les patients et leurs familles à apprendre comment gérer au mieux leur maladie. Il a abordé également les champs de l’Education pour la Santé et de l’Education Familiale. Consacré à la diversité de l’éducation thérapeutique du patient et à son accessibilité, l’édition 2014 du congrès avait pour thème : « éducation thérapeutique, quelles frontières ? » Ce thème se justifiait par plusieurs raisons. La recherche sur l’éducation thérapeutique (ETP) est en effet de nature multidisciplinaire. Elle convoque des méthodes d’investigation et d’analyse de disciplines issues de différents horizons scienti- fiques : sciences cliniques, santé publique, sciences humaines et sociales. En se positionnant aux frontières de plusieurs champs du savoir, en mobilisant des disciplines qui n’ont pas forcément l’habitude de travailler ensemble, l’éducation thé- rapeutique se révèle donc un espace de recherche et de ré- flexion riche et systémique. D’autre part, l’éducation thérapeutique est un travail d’équipe, elle dépasse les frontières professionnelles et institutionnelles. Elle est mise en œuvre à l’hôpital, dans tous les lieux de soins et sur le territoire, au plus près des patients. Elle n’est pas non plus l’apanage exclusif des pays technologiquement avancés : il existe une ETP Correspondance : x-delatribonniere@chu-montpellier.fr, ivernois.jf@wanadoo.fr qui se réalise dans les contextes difficiles, dans des pays à ressources limitées. Enfin, la participation des patients et des aidants contribue de plus en plus à la pertinence et à la qualité de l’ETP. Malgré tout, des barrières psychologiques, culturelles, sociales, économiques se dressent face à l’ETP et sont autant de frontières qu’il faut dépasser. Ce congrès a mis en en valeur par des communications orales et affichées les recherches qui rassemblent plusieurs éclairages disciplinaires et des expériences multi professionnelles. Les thèmes de l’ETP dans l’humanitaire et de la participation des patients et des aidants à la mise en œuvre de l’ETP ont fait l’objet de sessions spécifiques. Douze sessions organisées simultanément dans plusieurs salles ont permis aux participant d’entendre 43 communications, tandis que des espaces dédiés ont pu accueillir 77 communications af- fichées (l’ensemble des résumés est accessible sur le site de la SETE : www.socsete.org). Six conférences invitées « transfrontalières » avaient pour but de stimuler la réflexion et les échanges entre participants tout au long de ce congrès qui a offert également une rétrospective du film d’éducation thé- rapeutique, un atelier de simulation du dialogue d’éducation avec le patient et les familles et enfin une exposition sur le « beau, l’utile, le design en éducation thérapeutique et pour la santé ». De l’avis de la plupart des participants, ce congrès fut un succès, témoignant de la grande richesse du champ de la recherche et des pratiques en éducation thérapeutique. Son esprit et son contenu sont magnifiquement résumés dans les pages qui suivent par Xavier de la Tribonnière.

Consultez l’intégralité de l’article ici